GENERATOR (1992)

© Epitaph Records – Mars 1992

Composition : Greg Graffin (chant), Brett Gurewitz (guitare), Greg Hetson (guitare), Jay Bentley (basse), Bobby Schayer (batterie).

C’est le premier album avec Bobby Schayer à la batterie (il a remplacé Pete Finestone pendant la tournée Against the Grain).
L’album reçoit un très bon accueil critique et public.
Pour la première fois, Bad Religion réalise un clip vidéo (pour la chanson Atomic Garden). Generator, la chanson éponyme, est encore aujourd’hui un des hymnes du groupes.

Liste des chansons

1. Generator Brett Gurewitz
2. Too Much To Ask Greg Graffin
3. No Direction Greg Graffin
4. Tomorrow Greg Graffin
5. Two Babies In The Dark Brett Gurewitz
6. Heaven Is Falling * Brett Gurewitz
7. Atomic Garden Brett Gurewitz
8. The Answer Greg Graffin
9. Fertile Crescent * Greg Graffin
10. Chimaera Greg Graffin
11. Only Entertainment Greg Graffin

* Ces deux chansons “anti-militaristes” figurent sur un 45 tours produit en 1991 par la revue Maximum Rock’n’roll en protestation contre la Guerre du Golfe. Sur une face figure les deux chansons, sur l’autre une analyse de la guerre par Noam Chomsky, célèbre philosophe américain.

1. Generator (Gurewitz)

Like a rock,
Like a planet,
Like a fucking atom bomb…
I’ll remain unperturbed by the joy and the madness
That I encounter everywhere I turn,
I’ve seen it all along
In books and magazines,
Like a twitch before dying,
Like a pornographic sea.
There’s a flower behind the window,
There’s an ugly laughing man,
Like a hummingbird in silence,
Like the blood on my door,
It’s the generator.

Oh yeah, oh yeah, like the blood on my door,
Wash me clean and I will run
Until I reach the shore.

I’ve known it all along,
Like the bone under my skin,
Like actors in a photograph,
Like paper in the wind.
There’s a hammer by the window,
There’s a knife on the floor,
Like turbines in darkness,
Like the blood on my door,
It’s the generator.

Oh yeah, oh yeah, like the blood on my door,
Wash me clean and I will run
Until I reach the shore.

Générateur

Comme un rocher,
Comme une planète,
Comme une putain de bombe atomique…
Je resterai imperturbable devant la joie et la folie
Que je rencontre partout où je vais,
J’ai tout vu depuis tout ce temps
Dans les livres et les magazines,
Comme un spasme avant de mourir,
Comme une mer pornographique.
Il y a une fleur derrière la fenêtre,
Il y a un homme laid qui rit,
Comme un colibri silencieux,
Comme le sang sur ma porte,
C’est le générateur.

Oh ouais, oh ouais, comme le sang sur ma porte,
Nettoyez-moi et je m’enfuirai
Jusqu’à atteindre le rivage.

Je le sais depuis le début,
Comme l’os sous ma peau,
Comme les acteurs d’une photographie,
Comme du papier dans le vent.
Il y a un marteau près de la fenêtre,
Il y a un couteau sur le sol,
Comme des turbines dans l’obscurité,
Comme le sang sur ma porte,
C’est le générateur.

Oh ouais, oh ouais, comme le sang sur ma porte,
Nettoyez-moi et je m’enfuirai
Jusqu’à atteindre le rivage.

2. Too Much To Ask (Graffin)

A refreshing plunge, a drink of palatable water,
A deep inspiration on a warm summer day.
A safe stroll in a middle of the road community,
A neighbor who in times of need will not turn away.

I ain’t no politician, I am a citizen
And I wonder if I’m thinking too far out of bounds.

Community protection, rehabilitation,
Police that serve without legitimate right to maim.
Global awareness, ecological guilt,
Cultural and environmental awakening.
I ain’t no optimist, I try to be a realist
And I think that we’re living too far out of bounds.

Is it too much to ask ?
Could it be the earth is shrinking ?
I can see the walls closing in,
No one can take much for granted anymore.

Remote control, three cars for every family,
Corruption at the expense of the simple majority.
A violent clash, a plunder of the third world,
Any wretched ploy that bolsters our economy.
I ain’t no blind supporter, I’m a conscious citizen
And I know that we’re living too far out of bounds.

I ain’t no politician, I ain’t no blind supporter, I ain’t no vegetable
I am a citizen and I wonder if I’m living too far out of bounds

Is it too much to ask ?
Can we keep the earth from sinking ?
I can see the walls closing in
No one can take much for granted anymore
(You better not take it for granted anymore)
I’m not taking nothing for granted anymore

Trop demander

Un plongeon rafraîchissant, un verre d’eau agréable,
Une inspiration profonde par une chaude journée d’été.
Une promenade en toute sécurité au milieu de la route,
Un voisin qui, en cas de besoin, ne se détournera pas.

Je ne suis pas un politicien, je suis un citoyen
Et je me demande si je ne suis pas en train de penser trop au-delà des limites.

Protection communautaire, réhabilitation,
La police qui sert sans droit légitime de mutiler.
Conscience globale, culpabilité écologique,
L’éveil culturel et environnemental.
Je ne suis pas optimiste, j’essaie d’être réaliste
Et je pense que nous vivons trop au-delà des limites.

Est-ce trop demander ?
Se pourrait-il que la terre rétrécisse ?
Je vois les murs se rapprocher,
On ne peut plus rien prendre pour acquis.

Télécommande, trois voitures pour chaque famille,
La corruption au détriment de la majorité simple.
Un affrontement violent, un pillage du tiers monde,
Tout misérable stratagème qui soutient notre économie.
Je ne suis pas un partisan aveugle, je suis un citoyen conscient
Et je sais que nous vivons trop au-delà des limites.

Je ne suis pas un politicien, je ne suis pas un partisan aveugle, je ne suis pas un légume
Je suis un citoyen et je me demande si je ne vis pas trop au-delà des limites

Est-ce trop demander ?
Pouvons-nous empêcher la terre de sombrer ?
Je vois les murs se rapprocher
On ne peut plus rien prendre pour acquis
(Vous feriez mieux de ne plus rien prendre pour acquis)
Je ne prends plus rien pour acquis

3. No Direction (Graffin)

A sullen figure walks along a dusty road,
His life was holy and he couldn’t bear the load.
He left his people and a simple life behind,
He raised his torso and looked into the sky,
Shouting his questions, looking for directions.
“What do I do now?”

Now a confused schoolgirl stares at the TV tray,
The stresses of maturing compound every day.
She glances up to see her favorite video
And gets ideas from Madonna’s nasty clothes.
In need of affection, she craves a direction
Her heroes offer her.

Everyone’s looking for something
And they assume somebody else knows what it is.
No one can live with the decisions of their own.
It seems so they look to someone else
To tell them what to do,
Tell ’em what to wear,
Tell ’em what to say,
Tell ’em how to act and think
And compel others compulsively
Until the world is all like them.

A righteous student came and asked me to reflect,
He judged my lifestyle was politically incorrect.
I don’t believe in self important folks who preach
No Bad Religion song can make your life complete.
Prepare for rejection,
You’ll get no direction from me,
You’ll get no direction from me.

Pas de directive

Un personnage maussade marche le long d’une route poussiéreuse,
Sa vie était sainte et il ne pouvait pas en supporter le poids.
Il a laissé son peuple et une vie simple derrière lui,
Il a relevé la tête et a regardé le ciel,
Criant ses questions, cherchant des directions.
“Qu’est-ce que je fais maintenant ?”

A présent, une écolière désorientée fixe la télévision,
Le stress de la puberté s’accumule chaque jour.
Elle jette un œil pour voir sa vidéo préférée
Et se fait des idées à partir des sales fringues de Madonna.
En manque d’affection, elle a besoin de la direction
Que ses héros lui offrent.

Les gens cherchent quelque chose
Et supposent que quelqu’un d’autre sait ce que c’est.
Personne ne peut vivre avec ses propres décisions.
Il semble qu’ils leur faut se tourner vers quelqu’un d’autre
Pour leur dire quoi faire,
Leur dire quoi porter,
Leur dire quoi dire,
Leur apprendre à agir et à penser
Et contraindre les autres de manière compulsive
Jusqu’à ce que le monde leur ressemble.

Un étudiant vertueux est venu me demander de réfléchir,
Il jugeait mon mode de vie politiquement incorrect.
Je ne crois pas aux personnes qui se croient importantes et qui prêchent
Aucune chanson de Bad Religion ne saurait rendre votre vie complète.
Préparez-vous au rejet,
Vous n’obtiendrez aucune directive de ma part,
Vous n’obtiendrez aucune directive de ma part.

4. Tomorrow (Graffin)

Every day we profit so,
Leaning towards the great unknown,
Asking how it pertains to tomorrow.

Aim for places we’ve not been,
Trample paths that go between,
Yesterday’s foundations and tomorrow.

It’s the way they say it’s got to be,
We spear ahead and forge our destiny.
Who do they represent ?
Who do you believe ?
Make a sound decision for others to heed.

Try to set a faster pace,
Try to build a master race,
One that will make a contribution to tomorrow.

It’s the way they say it’s got to be,
We put aside our fears and make history.
The clothes are in the dryer and the writing is on the wall,
We’re doing everything we can to stop this fall.

Everyday we profit so,
Leaning towards the great unknown.

Demain

Chaque jour, nous profitons tant,
Penchés vers le grand inconnu,
Nous demandant en quoi cela concerne demain.

Recherchant des endroits où nous ne sommes pas allés,
Piétinant les chemins qui passent au milieu,
Des fondations d’hier et de demain.

Ils disent qu’il doit en être ainsi,
Nous avançons à toute allure et forgeons notre destin.
Qui représentent-ils ?
Qui croyez-vous ?
Prenez une décision judicieuse que les autres suivront.

Essayez d’accélérer le rythme,
Essayez de construire une race maîtresse,
Une qui apportera une contribution à demain.

Ils disent qu’il doit en être ainsi,
Nous mettons de côté nos craintes et nous faisons l’histoire.
Les vêtements sont dans le sèche-linge et l’écriture est sur le mur,
Nous faisons tout ce que nous pouvons pour arrêter cette chute.

Chaque jour, nous profitons tant,
Penchés vers le grand inconnu.

5. Two Babies In The Dark (Gurewitz)

There’s a light on in the hallway,
So I can’t understand
Why you hide underneath the covers.
There’s a baby in your womb,
So don’t be scared tonight
Raggedy Ann is in the closet picking posies.

Two babies in the dark,
Like diamonds in the sand,
While papa’s far away making up children’s stories.
The little one’s inside,
So afraid to be alone,
She’s trying to be brave until the daddy comes home.

So if you chance to see her,
Please tell her it’s alright
‘Cause everyone fights the tendency to snap.
Sometimes it’s not a matter of being brave and strong
‘Cause noises in the house are terrifying.

Two babies in the dark,
Like diamonds in the sand,
While papa’s far away making up children’s stories.
The little one’s inside,
So afraid to be alone,
She’s talking to herself now ’cause no one’s home.

I’ll put you to sleep at night
Like a foreign movie,
I’ll sing you lullabies
And I’ll teach you about everything,
And I’ll only ask one thing,
Please save me.

Deux bébés dans le noir

Il y a une lumière allumée dans le couloir,
Alors je ne comprends pas
Pourquoi tu te caches sous les couvertures.
Il y a un bébé dans ton ventre,
Alors ne crains rien ce soir
Raggedy Ann * prend des poses dans le placard.

Deux bébés dans le noir,
Comme des diamants dans le sable,
Pendant que papa est au loin à inventer des histoires pour enfants.
La petite est à l’intérieur,
Si effrayée d’être seule,
Elle essaie d’être courageuse jusqu’à ce que le papa rentre à la maison.

Alors, si vous avez la chance de la voir,
Dites-lui que tout va bien
Car tout le monde lutte contre cette tendance à craquer.
Parfois, il n’est pas question d’être courageux et fort
Car les bruits dans la maison sont terrifiants.

Deux bébés dans le noir,
Comme des diamants dans le sable,
Alors que papa est au loin à inventer des histoires pour enfants.
La petite est à l’intérieur,
Si effrayée d’être seule,
Elle se parle à elle-même à présent car il n’y a personne à la maison.

Je t’endormirai la nuit
Comme un film étranger,
Je te chanterai des berceuses
Et je t’apprendrai tout ce qu’il faut savoir,
Et je ne te demanderai qu’une chose,
Sauve-moi, s’il te plaît.

* personnage central de la série de livres pour enfants “Raggedy Ann” écrits et illustrés par l’américain Johnny Gruelle (1880–1938).

6. Heaven Is Falling (Gurewitz)

As I walk beneath the valley,
I shall fear no evil,
‘Cause thanks to King George and his rainbow cabinet,
Today murder is legal.

God I know that it’s wrong,
To kill my brother for what he hasn’t done,
And as the planes blacken the sky,
It sounds like heaven is falling,
It sounds like heaven is falling,
You promised me a new day a dawning.
I’ve seen a thousand points of light,
Like so many points of hatred, shame and horror.

God I want to be a man,
But I don’t want to die with a rifle in my hand,
And as the planes blacken the sky
It sounds like heaven is falling,
It sounds like heaven is falling,
You promised me a new day a dawning.

Well nothing here looks new to me,
But a score of mothers’ sons,
Caught ‘tween the devil and the deep blue sea.

Le ciel est en train de tomber

Pendant que je marche au fond de la vallée,
Je ne craindrai pas le mal,
Parce que grâce au roi George et à son cabinet arc-en-ciel,
Aujourd’hui, le meurtre est légal.

Dieu que je sais que c’est mal,
De tuer mon frère pour ce qu’il n’a pas fait,
Et alors que les avions noircissent le ciel,
On dirait que le ciel est en train de tomber,
On dirait que le ciel est en train de tomber,
Tu m’avais promis un nouveau jour à l’aube.
J’ai vu mille points de lumière,
Comme autant de points de haine, de honte et d’horreur.

Dieu, je veux être un homme,
Mais je ne veux pas mourir avec un fusil à la main,
Et alors que les avions noircissent le ciel
On dirait que le ciel est en train de tomber,
On dirait que le ciel est en train de tomber,
Tu m’avais promis un nouveau jour à l’aube.

Eh bien, rien ici ne me semble nouveau,
Si ce n’est plusieurs fils,
Pris entre le diable et la grande bleue.

7. Atomic Garden (Gurewitz)

Everybody wants to dance in a playpen,
But nobody wants to play in my garden.
I see the hippies on an angry line,
Guess they don’t get my meaning.
I’m enchanted by the birds in my blossoms,
I’m enamored by young lovers on the weekend,
I like the Fourth of July
When bombs start flashing…

And I wish I had a shiny red top,
A bugle with a big brass bell would cheer me up
Or maybe something bigger that could really go pop!
So I could make the gardening stop.

Come out to play, come out to play,
And we’ll pretend it’s Christmas Day
In my atomic…

All my scientists are working on a deadline,
So my psychologist is working day and nighttime,
They say they know what’s best for me.
But they don’t know what they’re doing.
And I’m glad I’m not Gorbachev
‘Cause I’d wiggle all night
Like jelly in a pot.
At least he’s got a garden with a fertile plot
And a party that will never stop.

Come out to play, come out to play,
And we’ll pretend it’s Christmas Day
In my atomic…

I hope there’s nothing wrong out there,
I’m watching from the room inside my room.

Come out to play, come out to play,
And we’ll pretend it’s Christmas Day
In my atomic garden !

Jardin atomique

Tout le monde veut danser dans un parc pour enfants,
Mais personne ne veut jouer dans mon jardin.
Je vois les files de hippies en colère,
Je crois qu’ils ne comprennent pas ce que je veux dire.
Je suis charmé par les oiseaux en fleurs,
Le week-end, les jeunes amoureux m’enchantent,
J’aime le 4 juillet
Quand les bombes se mettent à exploser…

Et j’aimerais avoir un chapeau rouge brillant,
Un clairon avec une grosse cloche en laiton me ferait plaisir
Ou peut-être quelque chose de plus grand qui pourrait vraiment éclater !
Pour que le jardinage s’arrête.

Viens jouer dehors, viens jouer dehors,
Et nous ferons comme si c’était Noël
Dans mon jardin…

Tous mes scientifiques travaillent sur une date limite,
Donc mon psychologue travaille jour et nuit,
Ils disent qu’ils savent ce qui est le mieux pour moi.
Mais ils ne savent pas ce qu’ils font.
Et je suis content de ne pas être Gorbatchev
Car je remuerais toute la nuit
Comme de la gelée dans un pot.
Au moins, il a un jardin avec une terre fertile
Et une fête qui ne s’arrêtera jamais.

Viens jouer dehors, viens jouer dehors,
Et nous ferons comme si c’était Noël
Dans mon jardin…

J’espère que tout va bien dehors,
Je regarde depuis la pièce à l’intérieur de ma chambre.

Viens jouer dehors, viens jouer dehors,
Et nous ferons comme si c’était Noël
Dans mon jardin atomique !

8. The Answer (Graffin)

Long ago in a dusty village
Full of hunger, pain and strife,
A man came forth with a vision of truth
And the way to a better life.
He was convinced he had the answer
And he compelled people to follow along,
But the hunger never vanished
And the man was banished
And the village dried up and died.

At a time when wise men peered
Through glass tubes toward the sky,
The heavens changed in predictable ways
And one man was able to find,
That he had thought he found the answer
And he was quick to write his revelation,
But as they were scrutinized
In his colleagues eyes,
He soon became a mockery.

Don’t tell me about the answer
’cause then another one will come along soon.
I don’t believe you have the answer,
I’ve got ideas, too.
But if you’ve got enough naivete,
And you’ve got conviction,
Then the answer is perfect for you.

An urban sprawl sits choking on its discharge
Overwhelmed by industry,
Searching for a modern day
Savior from another place
Inclined toward charity.
Everyone’s begging for an answer
Without regard to validity,
The searching never ends,
It goes on and on and on for eternity.

Don’t tell me about the answer
’cause then another one will come along soon.
I don’t believe you have the answer,
I’ve got ideas, too.
But if you’ve got enough naivete,
And you’ve got conviction,
Then the answer is perfect for you.
(The answer is perfect for you.)

La réponse

Il y a longtemps, dans un village poussiéreux
Rempli de faim, de douleur et de conflits,
Un homme est apparu avec une vision de la vérité
Et la voie vers une vie meilleure.
Il était convaincu qu’il avait la réponse
Et il a obligé les gens à le suivre,
Mais la faim n’a jamais disparu
Et l’homme a été banni
Et le village s’est asséché et est mort.

À une époque où les sages regardaient
A travers des tubes de verre vers le ciel,
Les cieux ont changé de manière prévisible
Et un homme a pu constater,
Qu’il pensait avoir trouvé la réponse
Et il s’est empressé d’écrire sa révélation,
Mais au fur et à mesure qu’ils scrutaient
Aux yeux de ses collègues,
Il est vite devenu la risée de tous.

Ne me parlez pas de la réponse
Sinon, un autre viendra bientôt.
Je ne crois pas que vous ayez la réponse,
J’ai aussi des idées.
Mais si vous avez assez de naïveté,
Et de la conviction,
Alors la réponse est parfaite pour vous.

Une ville en expansion s’étouffe sous ses déchets
Submergé par l’industrie,
À la recherche d’une modernité
D’un sauveur venu d’ailleurs
Favorable à la charité.
Tout le monde implore une réponse
Sans égard sur sa validité,
La recherche ne s’arrête jamais,
Cela continue encore et encore pour l’éternité.

Ne me parlez pas de la réponse
Sinon, un autre viendra bientôt.
Je ne crois pas que vous ayez la réponse,
J’ai aussi des idées.
Mais si vous avez assez de naïveté,
Et de la conviction,
Alors la réponse est parfaite pour vous.
(La réponse est parfaite pour vous).

9. Fertile Crescent (Graffin)

Come and see the brilliant light,
Don’t let your emotions mask your sight,
It’s the manifestation of a deeper fight
That affects me and you.

My optimism was running high,
A new world order was on my mind,
But I couldn’t believe it when I heard them say
They’re blowing it away.

And the fertile crescent is burning today
And baby, my emotions are too.
The cradle of humanity has led us all astray
And we’re all in this together, don’t you know,
‘Cause our species has nowhere else to go.

Aggression rears it’s ugly head,
Retaliation brings further dread,
The two are linked by unseen threads
That wind back through time.

I don’t agree with this outdated trend,
Nationalism is an evil friend,
But hatred is instilled by invisible lines
Drawn in our minds.

And the fertile crescent is burning today
And baby, my emotions are too.
The cradle of humanity has led us all astray
And we’re all in this together, don’t you know,
‘Cause our species has nowhere else to go.

Croissant fertile

Viens voir la lumière brillante,
Ne laisse pas tes émotions te masquer la vue,
C’est la manifestation d’un combat plus profond
Qui nous affecte, toi et moi.

Mon optimisme était au plus haut,
Un nouvel ordre mondial était dans ma tête,
Mais je n’ai pas pu le croire quand je les ai entendus dire
Qu’ils le faisaient exploser.

Et le croissant fertile brûle aujourd’hui
Et mes émotions aussi.
Le berceau de l’humanité nous a tous égarés
Et nous sommes tous dans le même bateau, tu sais,
Parce que notre espèce n’a nulle part ailleurs où aller.

L’agressivité montre sa tête hideuse,
Les représailles ne font que renforcer la peur,
Les deux sont liés par des fils invisibles
Qui remontent le temps.

Je ne suis pas d’accord avec cette tendance dépassée,
Le nationalisme est un ami du mal,
Mais la haine est instillée par des lignes invisibles
Tracées dans nos esprits.

Et le croissant fertile brûle aujourd’hui
Et mes émotions aussi.
Le berceau de l’humanité nous a tous égarés
Et nous sommes tous dans le même bateau, tu sais,
Parce que notre espèce n’a nulle part ailleurs où aller.

10. Chimaera (Graffin)

You took a time bomb
And a case of crackers
And you made a maelstrom of organic debris.
Then you took a work bench
And a rusty anvil
And you polished them for everyone to see.

You have created an unhealthy monster,
Yet you’re nowhere but nowhere to be found,
So I guess I’ll just cope with my provisions
From now until the day they lay me down.

You took a baboon
And made him perfect,
You took a lion
And stripped him of his pride.
Then you took a million more varieties,
A scalpel and a sartory,
And you stitched up a horrible surprise.

You have created an unsocial monster
Yet you’re searched for all over the globe,
And most believe that things would sure be better
If you’d come down here and tell us what you know.

Who is to blame for this ?
Someone tell me please.
His handiwork is flawed
And it’s there for all to see.
Mutations, aberrations and blatant anomalies,
They multiply and give rise to this… monstrosity.

You took the most abundant smallest bits of matter
And you instilled them with affinity,
And then you stratified accumulations,
Weeded out bad variations
Blended up your unique recipe.

You have created a powerful monster
With direction and purpose all its own,
And if you were here,
Would things be any different ?
Or are you just a mosaic of thoughts alone ?

Chimère

Tu as pris une bombe à retardement
Et une caisse de pétards
Et tu as fait un maelström de débris organiques.
Puis tu as pris un plan de travail
Et une enclume rouillée
Et tu les as lustrés pour que tout le monde puisse les voir.

Tu as créé un monstre malsain,
Pourtant, tu es introuvable,
Je suppose donc que je vais me contenter de mes provisions
A partir de maintenant et jusqu’au jour où ils me mettront à terre.

Tu as pris un babouin
Et tu l’as rendu parfait,
Tu as pris un lion
Et tu lui as ôté sa fierté.
Puis tu as pris un million d’autres espèces,
Un scalpel et un couteau,
Et tu as créé une horrible surprise.

Tu as créé un monstre asocial
Pourtant, tu es recherché partout autour du monde,
Et la plupart pensent que les choses iraient certainement mieux
Si tu voulais bien revenir ici et nous dire ce que tu sais.

Qui est à blâmer pour cela ?
Que quelqu’un me le dise, s’il vous plaît.
Son travail est imparfait
Et tout le monde peut le voir.
Mutations, aberrations et anomalies manifestes,
Elles se multiplient et donnent naissance à cette… monstruosité.

Tu as pris les plus petits morceaux de matière les plus abondants
Et tu leur as insufflé de l’affinité,
Et puis tu as stratifié des accumulations,
Éliminé les mauvaises versions
Et mixé ton unique recette.

Tu as créé un monstre puissant
Avec une direction et un objectif qui lui sont propres,
Et si tu étais là,
Les choses seraient-elles différentes ?
Ou n’es-tu qu’une mosaïque de réflexions ?

11. Only Entertainment (Graffin)

Transfixated on the big blue screen:
Your window to the outside,
A melancholy dream,
A medium upon which you build reality.
This episodic currency,
That everybody needs.

Somebody’s delivery lulls you to sleep.
The man behind the weather map,
The editor in chief,
They control the worlds
Of power and disease,
And you cannot supress your curiosity.

See, it’s only entertainment:
Superficial urgency,
Posterboard mentality.
Only entertainment.
Tightly constrained,
The buzz that remains
Is the story of how we run our lives.

Hey! Many are the people poor and suffering
From the lack of coverage
From the transmission beam,
And if it ever gets there,
You’ll be offended too
‘Cause you cannot distinguish
Chicanery from truth.

See, it’s only entertainment:
A superficial episode
As life continues to unfold.
Only entertainment.
Controlled and copied,
They’ve planted the seed
That sprouts into your picture of the world.

Can’t someone protect me (turn away, turn away)
From this electron beam? (turn away, turn away)
Hey you, Mr. FCC, (turn away, turn away)
Have you no advice for me? (turn away…)

See, it’s only entertainment.
Only entertainment,
Only entertainment.
Unoffical facsimile
Leading you to poverty.
Only entertainment,
Only entertainment,
Only entertainment.

Seulement du divertissement

Diffusé par le grand écran bleu :
Ta fenêtre vers l’extérieur,
Un rêve mélancolique,
Un support sur lequel se construit ta réalité.
Cette devise épisodique,
Dont tout le monde a besoin.

La prestation d’un quelconque t’endort.
L’homme devant la carte météo,
Le rédacteur en chef,
Ils contrôlent les mondes
De pouvoir et de maladie,
Et tu ne peux pas réprimer ta curiosité.

Tu vois, ce n’est que du divertissement :
Urgence superficielle,
Mentalité de panneau d’affichage.
Seulement du divertissement.
Très limité,
Le buzz qui subsiste
Résume la façon dont nous menons nos vies.

Hé ! Nombreux sont les gens pauvres et souffrants
De l’absence de couverture
Du faisceau de transmission,
Et si jamais il y arrive,
Tu seras également offensé
Parce que tu ne peux pas distinguer
La mascarade de la vérité.

Tu vois, ce n’est que du divertissement :
Un épisode superficiel
Alors que la vie continue à se dérouler.
Seulement du divertissement.
Contrôlé et copié,
Ils ont planté la graine
Qui fera jaillir ton image du monde.

Quelqu’un peut-il me protéger (détourne-toi, détourne-toi)
De ce faisceau d’électrons ? (détourne-toi, détourne-toi)
Hé toi, Monsieur CSA, (détourne-toi, détourne-toi)
As-tu un conseil à me donner ? (détourne-toi…)

Tu vois, ce n’est que du divertissement.
Seulement du divertissement,
Seulement du divertissement.
Fac-similé non officiel
Te conduisant à la pauvreté.
Seulement du divertissement,
Seulement du divertissement,
Seulement du divertissement.