HOW COULD HELL BE ANY WORSE (1982)

© Epitaph Records – Janvier 1982

Composition : Greg Graffin (chant), Brett Gurewitz (guitare), Jay Bentley (basse), Jay Ziskrout / Pete Finestone (batterie).

Financé en grande partie par le père de Brett Gurewitz, ce premier véritable album s’est vendu à plus de 10 000 exemplaires. En plein milieu de l’enregistrement de cet album, le batteur Jay Ziskrout s’en va sur un caprice et laisse sa place à Pete Finestone.

Liste des chansons

1. We’re Only Gonna Die Greg Graffin
2. Latch Key Kids Greg Graffin
3. Part III Jay Bentley
4. Faith In God Greg Graffin
5. Fuck Armageddon… This Is Hell Greg Graffin
6. Pity Greg Graffin
7. In The Night Brett Gurewitz
8. Damned To Be Free Greg Graffin
9. White Trash (2nd Generation) Brett Gurewitz
10. American Dream Brett Gurewitz
11. Eat Your Dog Greg Graffin
12. Voice Of God Is Government Jay Bentley
13. Oligarchy Brett Gurewitz
14. Doing Time Brett Gurewitz
1. We’re Only Gonna Die (Graffin)

Early man walked away as modern man took control
Their minds weren’t all the same, to conquer was his goal
So he built his great empire, then he slaughtered his own kind
Then he died a confused man, killed himself with his own mind
Go !
Early man walked away as modern man took control
Their minds weren’t all the same, to conquer was his goal
So he built his great empire, then he slaughtered his own kind
Then he died a confused man, killed himself with his own mind
Go !
Early man walked away as modern man took control
Their minds weren’t all the same, to conquer was his goal
So he built his great empire, then he slaughtered his own kind
Then he died a confused man, killed himself with his own mind
Hey !
We’re only gonna die from our own arrogance.

On va simplement mourir

Le premier homme s’en est allé quand l’homme moderne a pris le contrôle,
Leurs pensées divergeaient, conquérir était son but,
Il a donc construit son grand empire, et massacré sa propre espèce,
Puis il est mort en homme désorienté, en se tuant avec son propre esprit.
Allez !
Le premier homme s’en est allé quand l’homme moderne a pris le contrôle,
Leurs pensées divergeaient, conquérir était son but,
Il a donc construit son grand empire, et massacré sa propre espèce,
Puis il est mort en homme désorienté, en se tuant avec son propre esprit.
Allez !
Le premier homme s’en est allé quand l’homme moderne a pris le contrôle,
Leurs pensées divergeaient, conquérir était son but,
Il a donc construit son grand empire, et massacré sa propre espèce,
Puis il est mort en homme désorienté, en se tuant avec son propre esprit.
Hé !
Nous allons simplement mourir de notre propre arrogance.

2. Latch Key Kids (Graffin)

In this world today there ain’t nobody to thank,
Just blame it on the kids and toss ’em into the tank.
And if they yell for justice we’ll hide them from the light
So that when they learn the truth they won’t be scared of the night.

(1, 2, 3, 4)

Put the key in the hole when you get home from school.
I’ll be home by 8:30, your father will too.
If you cause any trouble then I don’t want to see,
‘Cause you’ll go straight to bed and you won’t have no TV.

Les enfants à clé

Dans le monde d’aujourd’hui, il n’y a personne à remercier,
Il suffit de rejeter la faute sur les enfants et de les jeter dans le bassin.
Et s’ils crient pour que justice soit faite, nous les cacherons de la lumière,
Pour que lorsqu’ils apprennent la vérité, ils n’aient pas peur de la nuit.

(1, 2, 3, 4)

Mets la clé dans la serrure quand tu rentres de l’école.
Je serai rentrée à 20h30, ton père aussi.
Si tu causes des problèmes, je ne veux pas le savoir,
Tu iras directement au lit et sans télévision.

3. Part III (Bentley)

The final page is written in the books of history,
As man unleashed his deadly bombs and sent troops overseas
To fight a war which can’t be won and kills the human race,
A show of greed and ignorance, man’s quest for dominance.

They say when a mistake is made, a lesson has been learned.
But this time, there’s no turning back, the hate engulfs the world.
A million lives are lost each day, a city slowly burns,
A mother holds her dying child, but no one is concerned !

Partie 3

La dernière page est écrite dans les livres d’histoire,
Quand l’homme a lâché ses bombes mortelles et a déployé ses troupes à l’étranger,
Pour mener une guerre sans vainqueur possible et tuer la race humaine,
Un spectacle de cupidité et d’ignorance, la quête de l’homme pour la domination.

On dit que lorsqu’une erreur est commise, une leçon a été apprise.
Mais cette fois, il n’y a pas de retour en arrière, la haine engloutit le monde.
Un million de vies sont sacrifiées chaque jour, une ville brûle lentement,
Une mère porte son enfant mourant, mais personne ne se sent concerné !

4. Faith In God (Graffin)

It’s all right to have faith in god,
But when you bend to their rules and their fucking lies
That’s when I start to have pity on you.

You’re living on a mound of dirt,
But you can’t explain your reason for existence
So you blame it on god.

So much hatred in this world and you can’t decide
Who’s pulling the strings
So you figure it’s god.

Your whole life foreshadows death
And you finally realize you don’t want to die alone
So you’ll always have god.

It’s all right to have faith in god,
But when you bend to their rules and their fucking lies
That’s when I start to have pity on you.

It’s all right to have faith in god,
But when you bend to their rules and their fucking lies
That’s when I start to have pity on you.

There’s people in the world today
Who say they’re Jewish, Christian and such,
They’re all ignorant fools.

They’ll tell you you can’t have your own way
unless you pay money and dedicate your life
Or you’ll be damned in hell.

Don’t be feeble like all of them,
You have your own brain full of thoughts and choices,
So use it don’t let them use you.

It’s all right to have faith in god,
But when you bend to their rules and their fucking lies
That’s when I start to have pity on you.

La foi en Dieu

C’est légitime d’avoir foi en Dieu,
Mais quand tu te plie à leurs règles et à leurs putains de mensonges
C’est là que je commence à avoir pitié de toi.

Tu vis sur un monticule de crasse,
Mais tu ne peux pas expliquer ta raison d’être
Donc, tu rejettes la faute sur Dieu.

Tant de haine dans ce monde et tu ne peux pas décider
Qui tire les ficelles
Donc tu te dis que c’est Dieu.

Toute ta vie préfigure ta mort
Et tu réalises soudain que tu ne veux pas mourir seul
Alors, tu auras toujours Dieu.

C’est légitime d’avoir foi en Dieu,
Mais quand tu te plie à leurs règles et à leurs putains de mensonges
C’est là que je commence à avoir pitié de toi.

C’est légitime d’avoir foi en Dieu,
Mais quand tu te plie à leurs règles et à leurs putains de mensonges
C’est là que je commence à avoir pitié de toi.

Il y a des gens dans le monde aujourd’hui
Qui se disent juifs, chrétiens et autres,
Ce sont tous des imbéciles ignorants.

Ils te diront que tu ne peux pas suivre ta propre voie
à moins que tu donnes de l’argent et que tu dédies ta vie
Ou tu seras damné en enfer.

Ne sois pas faible comme tous les autres,
Tu as ton propre cerveau rempli de pensées et de choix,
Alors utilise-le, ne les laisse pas t’utiliser.

C’est légitime d’avoir foi en Dieu,
Mais quand tu te plie à leurs règles et à leurs putains de mensonges
C’est là que je commence à avoir pitié de toi.

5. Fuck Armageddon… This Is Hell (Graffin)

There’s people out there that say I’m no good,
‘Cause I don’t believe the things that I should,
And when the final conflict comes, I’ll be so sorry I did wrong,
And hope and pray that our lord god will think I’m good.

Countries manufacture bombs and guns
To kill your brother for something that he hasn’t even done.
Smog is ruining my lungs, but they aren’t sorry they’ve done wrong,
They hide behind their lies that they’re helping everyone.

In the end the good will go to heaven up above,
The bad will perish in the depths of hell.
How can hell be any worse when life alone is such a curse ?

Fuck Armageddon, this is hell

We’re living in the denouement of the battle’s gripping awe,
So what’s the use of being good to satisfy them all?

How could hell be any worse ? Life alone is such a curse !
Fuck Armageddon, this is hell !

Rien à foutre de l’Armageddon, l’enfer c’est ici

Il y a des gens qui disent que je suis mauvais,
Car je ne crois pas en ce que je devrais,
Et quand le conflit final arrivera, je serai tellement désolé d’avoir mal agi,
Que j’espèrerai et prierai pour que notre seigneur Dieu me juge bon.

Les pays fabriquent des bombes et des armes
Pour tuer ton frère pour quelque chose qu’il n’a même pas fait.
La pollution détruit mes poumons, mais ils ne sont pas désolés d’avoir merdé,
Ils se cachent derrière leurs mensonges en disant qu’ils aident tout le monde.

À la fin, les bons monteront au ciel, tout là-haut,
Les mauvais périront dans les profondeurs de l’enfer.
Comment l’enfer peut-il être pire quand la vie elle-même est une telle malédiction ?

Rien à foutre de l’Armageddon, l’enfer c’est ici !

Nous vivons dans le dénouement d’une bataille qui s’annonce redoutable,
Alors à quoi sert d’être bon pour les satisfaire tous ?

Comment l’enfer pourrait-il être pire ? La vie elle-même est une telle malédiction !
Rien à foutre de l’Armageddon, l’enfer c’est ici !
Rien à foutre de l’Armageddon, l’enfer c’est ici !
Rien à foutre de l’Armageddon, l’enfer c’est ici !…

6. Pity (Graffin)

I show pity on the human race,
On the ignorant plenty who devote their lives
To an icon that they’ve never known.

I show pity on eons past,
When early man started the first civilization
And human aggression was born.

I show pity on the future to come,
When the government system will be omnipotent
And we’ll be worse off… than we are now !

Pity, pity, on the billions of ignorant people.
Pity, pity, on the masses of aggression.
Pity, pity, on the future centuries to come,
On the billions of ignorant people,
On the future centuries to come,
On the masses of aggression.

It’s all a matter of looking at the past.
It’s all a question, are we gonna last?
If we endure the aggression that’s inside all of us
We’ll wipe out our own species and thus… the world !
Pity !

Pity on…
On the masses of aggression,
On the billions of ignorant people,
On the future centuries to come,
On the masses of ignorant people,
On the future centuries to come.

Pitié

J’ai pitié pour la race humaine,
Pour l’abondance des ignorants qui consacrent leur vie
A une icône qu’ils n’ont jamais vue.

J’ai pitié pour un passé lointain,
Quand les premiers hommes ont commencé la première civilisation
L’agressivité humaine était née.

J’ai pitié pour les temps à venir,
Quand le système gouvernemental sera omnipotent
Et nous serons encore plus mal lotis… que nous ne le sommes actuellement !

Pitié, pitié, pour les milliards d’ignorants.
Pitié, pitié, pour les masses d’agressions.
Pitié, pitié, pour les siècles à venir,
Pour les milliards d’ignorants,
Pour les siècles à venir,
Pour les masses d’agressions.

Tout n’est qu’une question de regard sur le passé.
La seule question c’est de savoir si on va durer.
Si nous endurons l’agression qui est en nous tous
Nous allons anéantir notre propre espèce et donc… le monde !
Pitié !

Pitié pour…
Pour les masses d’agressions,
Pour les milliards d’ignorantes,
Pour les siècles à venir,
Pour les masses d’ignorants,
Pour les siècles à venir.

7. In The Night (Gurewitz)

In the city, the day is too hot
And you’re hoping for relief, ‘cuz your head is filled with pain,
But you get no relief, ‘cuz the night is the same…

In the night, in the night you see through jaded eyes.
In the night, in the night you feel barely alive.

You live your life in darkness, you’ve got pennies on your eyes.
But you say that it’s all right, ‘cuz you’ve never lived a lie,
As you crawl back to your womblike existence in the night.

In the night, in the night you see through jaded eyes.
In the night, in the night you feel barely alive.

You can’t see no light, but you hear those heavy footsteps,
And the little man inside twists your tormented mind.
Your mind is filled with shadows, your palms are wet with sweat.
Limbs are bound and tangled in a fatal net.
There are two things you can do.
One is turn and fight.
The other’s run headlong into the night.

In the night, in the night you see through jaded eyes.
In the night, in the night you feel barely alive.

You can’t see no light, but you hear those heavy footsteps,
And the breathing at your side, is it yours or is it Good bye !

Dans la nuit

En ville, la journée est trop chaude
Et tu espères être soulagé, car ta tête est remplie de douleur
Mais tu n’es pas soulagé, car la nuit est pareille…

Dans la nuit, dans la nuit, on voit à travers des yeux blasés
Dans la nuit, dans la nuit, on se sent à peine vivant

Tu vis ta vie dans l’obscurité, tu as des centimes sur les yeux
Mais tu dis que ce n’est pas grave, parce que tu n’as jamais menti
En rampant dans la nuit pour retrouver ton existence utérine

Dans la nuit, dans la nuit, on voit à travers des yeux blasés
Dans la nuit, dans la nuit, on se sent à peine vivant

Tu ne vois pas de lumière, mais tu entends ces pas lourds
Et le petit homme à l’intérieur torture ton esprit tourmenté
Ton esprit est rempli d’ombres, tes paumes sont mouillées de sueur
Les membres sont liés et emmêlés dans un filet mortel
Il y a deux choses que tu peux faire,
La première c’est de te retourner et de te battre
La seconde c’est de te foncer dans la nuit

Dans la nuit, dans la nuit, on voit à travers des yeux blasés
Dans la nuit, dans la nuit, on se sent à peine vivant
Tu ne vois pas de lumière, mais tu entends ces pas lourds
Et la respiration à tes côtés, est-ce la tienne, ou est-ce un adieu !

8. Damned To Be Free (Graffin)

Death and the shadow that it casts on life scares me little or none.
People tell me of a divine right and the happy chosen one.
I’m a freak ’cause my morals clash with others in the world.
I go home while they work hard, then they say I’m wrong.
There’s only one place to be, while living with tragedy.
If their sins affected me, I gotta be damned to be free.

Freedom is responsibility, pay more than it’s worth.
Instincts tells us not to die, hazy myth since birth.
Learn their rules, play their game, deceive yourself in haste.
Turn your own brain into dust; it’s not theirs to waste.
There’s only one place to be, while living with tragedy.
Extract the nectar, burn the tree, I gotta be damned to be free.

Thinking… This world it ain’t so bad.
Dying… It’s just another fad.
Working… 8 hours, that’s not for me.
Dying… It’s just your destiny.

Damné pour être libre

La mort et l’ombre qu’elle jette sur la vie ne m’effraient pas ou peu.
Les gens me parlent d’un droit divin et de l’heureux élu.
Je suis un monstre car ma morale s’oppose à celle des autres dans le monde.
Je rentre chez moi pendant qu’ils travaillent dur, puis ils disent que j’ai tort.
Il n’y a qu’un seul endroit où vivre, quand on vit avec une tragédie.
Si leurs péchés m’ont affecté, je dois être damné pour être libre.

La liberté est une responsabilité, elle coûte plus que ce qu’elle ne vaut.
L’instinct nous dit de ne pas mourir, mythe flou depuis la naissance.
Apprends leurs règles, joue leur jeu, trompe-toi dans la précipitation.
Transforme ton propre cerveau en poussière ; ce n’est pas à eux de le gaspiller.
Il n’y a qu’un seul endroit où vivre, quand on vit avec une tragédie.
Extraire le nectar, brûler l’arbre, je dois être damné pour être libre.

Penser… Ce monde n’est pas si mal.
Mourir… Ce n’est qu’une autre lubie.
Travailler… 8 heures, ce n’est pas pour moi.
Mourir… C’est juste ton destin.

9. White Trash (2nd Generation) (Gurewitz)

Wasted children, fixed blank eyes, blood and sweat, we socialize
Broken home from which they come, beer-stained dad, compliant Mom.
Fear and love, much despised, replaced by comfortable lies.
Teenage classic, more cliche, one step further on the edge of decay.

White trash, 2nd generation, white trash, 2nd generation,
White trash, 2nd generation, don your crown and cleanse the nation.

Are you ready to fight for your morality? Right wing allies, white supremacy.
Pretty fascist on the tube draped in red and white and blue.

White trash, 2nd generation, stupid foibles, indignation,
Offspring of suburban fright, pearl-white creatures of the night
White trash, 2nd generation, white trash, 2nd generation,
White trash, 2nd generation, don your crown and cleanse the nation.

Stiff blue collar, coat and tie, brand new breeds side by side.
Christian ethic, right extremes, shoved down our throat as the American Dream.

White trash, 2nd generation, stupid foibles, indignation,
Offspring of suburban fright, pearl-white creatures of the night
White trash, 2nd generation, white trash, 2nd generation,
White trash, 2nd generation, don your crown and cleanse the nation.
White trash, 2nd generation, white trash, 2nd generation,
White trash, 2nd generation, don your crown and cleanse the nation.

Petits blancs (seconde génération)

Des enfants perdus, des yeux vides, du sang et de la sueur, nous nous socialisons
Maison brisée d’où ils viennent, père taché par la bière, mère docile.
La peur et l’amour, très méprisés, remplacés par des mensonges confortables.
Adolescence classique, plus cliché, un pas de plus au bord de la décadence.

Petits blancs, seconde génération, petits blancs, seconde génération,
Petits blancs, seconde génération, mettez votre couronne et purifiez la nation.

Êtes-vous prêt à vous battre pour votre moralité ? Alliés de droite, suprématie blanche.
Plutôt fasciste dans le tube, drapé de rouge, de blanc et de bleu.

Petits blancs, seconde génération, faiblesses stupides, indignation,
Issue de la peur des banlieues, créatures nocturnes d’un blanc perle
Petits blancs, seconde génération, petits blancs, seconde génération,
Petits blancs, seconde génération, mettez votre couronne et purifiez la nation.

Col bleu rigide, manteau et cravate, de toutes nouvelles races côte à côte.
Éthique chrétienne, extrême droite, enfoncée dans notre gorge comme le rêve américain.

Petits blancs, seconde génération, faiblesses stupides, indignation,
Issue de la peur des banlieues, créatures nocturnes d’un blanc perle
Petits blancs, seconde génération, petits blancs, seconde génération,
Petits blancs, seconde génération, mettez votre couronne et purifiez la nation.
Petits blancs, seconde génération, petits blancs, seconde génération,
Petits blancs, seconde génération, mettez votre couronne et purifiez la nation.

10. American Dream (Gurewitz)

I hate my family, hate my school, speed limits and the golden rule.
Hate people who aren’t what they seem, more than anything else, American Dream.
American Dream’s gonna swallow you whole, it’s bursting at the seam,
It’ll sweep you away, so enjoy it today, tomorrow you’ll be old thus useless.
American Dream… American Dream…
American Dream, that’s ok, ’cause no one dare give you away.

I hate my god, I hate your job, I hate hypocrites and common slobs.
Hate people who aren’t what they seem, more than anything else, American Dream.
Promise me today I’ll have a Chevrolet, with whitewalls on the side,
One boy, one girl, comfortable lies
The American Dream… American Dream…
American Dream, that’s ok, ’cause no one dare give you away.
American Dream !
(bleah !)

Le rêve américain

Je hais ma famille, je hais mon école, les limitations de vitesse et la règle d’or.
Je hais les gens qui ne sont pas ce qu’ils semblent, et plus que tout autre chose, le rêve américain.
Le rêve américain va t’avaler en entier, il éclate à la couture,
Il te balayera, alors profites-en aujourd’hui, demain tu seras vieux donc inutile.
Le rêve américain… Le rêve américain…
Le rêve américain, ça va, parce que personne n’ose te trahir.

Je hais mon Dieu, je hais votre travail, je hais les hypocrites et les vulgaires.
Je hais les gens qui ne sont pas ce qu’ils semblent, et plus que tout autre chose, le rêve américain.
Promets-moi aujourd’hui que j’aurai une Chevrolet, avec des pneus blancs sur les côtés,
Un garçon, une fille, des mensonges confortables
Le rêve américain… Le Rêve Américain…
Le rêve américain, ça va, parce que personne n’ose te trahir.
Le rêve américain !
(beurk !)

11. Eat Your Dog (Graffin)

Weak and sick, dying in the sand, no such thing as a promised land.
Don’t lose faith in a better life–reincarnation, poor excuse.
You’re dying you asshole, your religion can’t help you now.
Dying and starving in the fields you used to plow.
Rotting bones in your barren fields.
Worshipped creature’s supposed to heal.
He won’t save you and he won’t save me.
See what you want to see.
Hindu religion in the mind of a working Joe,
Starving and dying in the fields you used to know.
You’re tied and bound to a god’s useless advice.
Bloated stomachs from aching diseases hold back the fight.
In the end you’ll return once more to die again.
Go on till you can’t no more in non-eternal sin.

Mange ton chien

Faible et malade, mourant dans le sable, il n’y a pas de terre promise.
Ne perds pas foi en une vie meilleure – réincarnation, mauvaise excuse.
Tu es en train de mourir, connard, ta religion ne peut pas t’aider maintenant.
Tu meurs et tu crèves de faim dans les champs que tu avais l’habitude de labourer.
Des os pourrissent dans tes champs stériles.
Une créature vénérée est supposée guérir.
Il ne te sauvera pas et il ne me sauvera pas.
Regarde ce que tu veux voir.
La religion hindoue dans l’esprit d’un travailleur,
Tu es affamé et tu meurs dans les champs que tu connaissais.
Tu es enchaîné aux divins conseils inutiles.
Des estomacs gonflés par des maladies douloureuses freinent le combat.
A la fin, tu reviendras pour mourir à nouveau.
Continues jusqu’à ce que tu ne puisses plus dans le péché non éternel.

12. Voice Of God Is Government (Bentley)

Neighbors, no one loves you like He loves you,
And no one cares like He cares.
Neighbors, let us join today in the holy love of God and money,
Because neighbors, no one loves you like He loves you.
And what better way to show your love than to dig deep into your pockets.
Dig real deep, until it hurts. Alleviate your guilt,
Free yourself once again, because He gave to you, brothers and sisters.
Please give a 10, 25, or 50 dollar tax-deductible donation,
And I assure you your modest pledge will be used to censor TV and radio,
Ban questionable books, and contribute to many other godly services.
No longer will young Christian Americans hedonistically indulge
In masochistic submission to rhythmic music, for with your monetary support,
There is no end to what we can achieve in this country.
The voice of God is government. The voice of God is government.
The voice of God is government. In God we trust, sinners repent !
(1,2,3,4)

Can’t you see what we believe in, all our thoughts, all our reasons,
Pursuit of life and liberty and happiness we cannot see ?
Speak of truth with a mighty voice, but politics are your real choice.
Hire men to change the law, protect and serve with one small flaw.

Voice of God is government. The voice of God is government.
Voice of God is government. In God we trust, sinners repent !

If we shun God and Jesus Christ, religious love is sacrifice.
Love for God is shown in cash, the love they send is mailbox trash.
With every pamphlet we receive, more money asked for Godly needs.
Build a million dollar church, with money spent on God’s research.

Voice of God is government. The voice of God is government.
Voice of God is government. In God we trust, sinners repent !

On late night TV, God can heal, a certain force you cannot feel.
Love for money in God’s name, religion’s now a TV game !
Build a million dollar church, with money spent on God’s research.

Voice of God is government. The voice of God is government.
Voice of God is government. In God we trust, sinners repent !
Yeah !

Voice of God is government. The voice of God is government.
Voice of God is government. In God we trust, sinners repent !

La voix de Dieu c’est le gouvernement

Chers amis, personne ne vous aime comme Lui vous aime,
Et personne ne se soucie autant qu’Il se soucie.
Chers amis, unissons-nous aujourd’hui dans le saint amour de Dieu et de l’argent,
Parce que mes amis, personne ne vous aime comme Lui vous aime.
Et quelle meilleure façon de montrer votre amour que de fouiller profondément dans vos poches.
Creusez bien profond, jusqu’à ce que ça fasse mal. Apaisez votre culpabilité,
Libérez-vous une fois de plus, car Il vous a donné, frères et sœurs.
Veuillez faire un don de 10, 25 ou 50 dollars, déductible des impôts,
Et je vous assure que votre modeste engagement sera utilisé pour censurer la télévision et la radio,
Bannissez les livres douteux et contribuez à de nombreux autres services divins.
Les jeunes chrétiens américains ne se livreront plus à une soumission masochiste hédoniste à la musique rythmée, car avec votre soutien financier,
Il n’y a pas de limite à ce que nous pouvons réaliser dans ce pays.

La voix de Dieu est le gouvernement. La voix de Dieu est le gouvernement.
La voix de Dieu est le gouvernement. En Dieu nous avons confiance, les pécheurs se repentent !
(1,2,3,4)

Ne voyez-vous pas toutes nos croyances, toutes nos pensées, toutes nos raisons,
La recherche de la vie, de la liberté et du bonheur, nous ne les voyons pas ?
Parlez de la vérité d’une voix puissante, mais la politique est votre véritable choix.
Engagez des hommes pour changer la loi, protéger et servir avec un petit défaut.

La voix de Dieu est le gouvernement. La voix de Dieu est le gouvernement.
La voix de Dieu est le gouvernement. En Dieu nous avons confiance, les pécheurs se repentent !

Si nous rejetons Dieu et Jésus-Christ, l’amour religieux est un sacrifice.
L’amour pour Dieu se manifeste en espèces, l’amour qu’ils envoient est une poubelle de boîte aux lettres.
Avec chaque pamphlet que nous recevons, on demande plus d’argent pour les besoins de Dieu.
Construisez une église d’un million de dollars, avec l’argent consacré à la recherche de Dieu.

La voix de Dieu est le gouvernement. La voix de Dieu est le gouvernement.
La voix de Dieu est le gouvernement. En Dieu nous avons confiance, les pécheurs se repentent !

A la télévision, tard dans la nuit, Dieu peut guérir, d’une force que vous ne ressentez pas.
L’amour pour l’argent au nom de Dieu, la religion est maintenant un jeu télévisé !
Construisez une église d’un million de dollars, avec l’argent consacré à la recherche de Dieu.

La voix de Dieu est le gouvernement. La voix de Dieu, c’est le gouvernement.
La voix de Dieu est le gouvernement. En Dieu nous avons confiance, les pécheurs se repentent !
Ouais !

13. Oligarchy (Gurewitz)

Presidential election every four years,
But neither man can see or hear,
Urgent cries for society,
But we can see the blood on him,
Do you see ?
Do you see it’s too much for me ?
Try that with our oligarchy,
Try that with our oligarchy !
State the policy to me,
Reap your followers’ currency,
What is right, what do we try ?
I’m afraid I can’t decide.

Oligarchie

Une élection présidentielle tous les quatre ans,
Mais aucun de ces deux hommes ne voit ni entend,
Les appels urgents pour la société,
Par contre nous voyons le sang qu’ils ont sur les mains,
Voyez-vous ?
Voyez-vous que c’est trop pour moi ?
Essayez ça avec notre oligarchie,
Essayez ça avec notre oligarchie !
Expliquez-moi la politique,
Récoltez la monnaie de vos partisans,
Qu’est-ce qui est juste, qu’est-ce qu’on essaie ?
J’ai peur de ne pas pouvoir me décider.

14. Doing Time (Gurewitz)

See the fight, old men crying, deny their ruin.
Watch them try. The cynic laughs at the optimist’s closed eyes.
Darkness falls, curtain calls, the cynic’s beer soon overflows.
Other watches, has a drink, and from the same cup,
They drink
I’m doin’ time, how long I don’t know.

William had 26, blew his brains out, now look at him.
John had only one, watch the mother mourn her only son.
I’m doin’ time, how long I don’t know.

I’ll kiss goodbye my brain and body
And go to sleep for generations.
Salvation: Cease concentration.
You’ll only lose the fight.
Don’t tell me what’s wrong or right !
You’re losing sight.
You’re just gonna die anyway !

Faire son temps

Observe le combat, les vieux pleurants, niant leur ruine.
Regarde-les essayer. Le cynique se moque des yeux fermés de l’optimiste.
L’obscurité tombe, le rideau se lève, la bière du cynique déborde bientôt.
D’autres regardent, boivent un verre, et dans la même tasse,
Ils boivent
Je fais mon temps, je ne sais pas combien.

William avait 26 ans, il s’est fait sauter la cervelle, maintenant regarde-le.
John n’avait qu’un an, regarde la mère pleurer son fils unique.
Je fais mon temps, je ne sais pas combien.

Je vais dire au revoir à mon cerveau et à mon corps
Et m’endormir pour des générations.
Le salut : Cesser de se concentrer.
Tu ne feras que perdre le combat.
Ne me dis pas ce qui est bien ou mal !
Tu perds la tête.
Tu vas mourir de toute façon !